Patrimoine

Construit sur l'emplacement d'un domaine gallo-romain "Nesignanum", ce village de plus de mille habitants, s'est développé autour de son château fort. A partir du XIIème siècle et jusqu'à la révolution, le château a appartenu à l'Evêché d'Agde.

Après les guerres de religion qui ruinèrent le château, les évêques préférèrent la propriété plus confortable de la famille des de Brignac, propriété qui existe toujours.
En 1749, le château vendu par adjudication fut démantelé : l'escalier fut remonté au château de Coussergues. De nombreuses pierres servirent à la construction du vieux Nézignan tel que nous le connaissons actuellement.

Des restes de remparts sont encore visibles dans certaines maisons qui bordent la rue "Autour du Château", et la maison au fond de la placette était probablement une ancienne tour de garde ; la grande maison qui sépare cette placette de l'église possède un sous sol immense identique à la nef romane de l'église avec voûte en berceau et arcs doubleaux ; elle devait probablement servir aux évêques à engranger les dîmes.

Ce village, en "circulade", construit le long des trois fossés et remparts concentriques entourant le château, possède de très belles bâtisses, le plus souvent de style renaissance, avec fenêtres à meneaux, gargouilles et corbeaux ; sur les corbeaux, ou pierres en saillie, situés sous une petite fenêtre placée sous la toîture, les villageois installaient des planches pour faire sécher leurs figues.
D'ailleurs ceux-ci étaient surnommés les "becos figos" (mangeurs de figues).
A présent la culture du figuier est remise à l'honneur dans notre village.

A visiter

L'église Sainte Marie-Madeleine et son Musée d’Art Sacré et d’Histoire


Patrimoine Eglise NezignanL'église du XIIème, remaniée au cours des siècles, dédiée à Sainte Marie Madeleine, s'ouvre sur une nef romane donnant sur une superbe abside en cul de four : voûte plein cintre avec arcs doubleaux à section rectangulaire, reposant sur des colonnes engagées surmontées de chapiteaux ornés de décors végétaux, l'un de décors humains.

La retombée de la voûte est soulignée d'un bandeau. Les trois baies d'abside sont ornées, elles aussi, de colonnes et de chapiteaux décorés. Le chevet est surmonté d'un bandeau de pierre reposant sur des modillons sculptés de motifs différents. Construction au XVIIème siècle d'une tribune en pierre sur voûte plate. Grand changement au XVIIIème siècle : construction d'une grande sacristie qui masque les baies d'abside; les murs sont, alors, recouverts de plâtre et peints avec raffinement de tentures et représentations célestes, pour mettre en valeur un superbe autel en marbre polychrome.
La chaire, son escalier en pierre et sa rampe en fer forgé, très bien travaillée, datent de cette même époque.

Patrimoine Nezignan l'Eveque eglise Un superbe portail, repris dans l'inventaire des monuments historiques, a remplacé l'entrée romane.
La porte en bois est décorée de légers bossages très bien traités.
Les pilastres cannelés et rudentés portent au droit de la frise des têtes d'anges ailés, que l'on retrouve sur le clocher.
La frise est décorée de rinceaux sous un rang de denticules ; le fronton semi-circulaire représente dans un cartouche entouré de guirlandes Marie Madeleine dans la grotte de la Sainte Beaume.

Le clocher, datant probablement du XVème siècle, est surmonté d'une flèche polygonale s'élevant au dessus du parapet à balustres doubles. Il possède cinq cloches dont une extérieure pour marquer les heures; la plus ancienne date de 1680.

Perpendiculaire à l'église, une grande chapelle servait aux pénitents blancs jusqu'à la fin du XIXème siècle ; construite très certainement sur les ruines d'un ancien bâtiment dont subsistent certaines arcatures visibles sur le mur extérieur, cette chapelle fut donnée à la confrérie N.D. du Suffrage et, quelques décennies plus tard, laissée à l'abandon.
A présent, remise en état et très bien décorée, elle abrite un musée ouvert en été où sont exposés des objets religieux.

Le Musée d'Art Sacré et d'Histoire

Installé dans la chapelle accoudée à l'église, le Musée d'Art Sacré garde de nombreux témoignages de la présence des Evêques d'Agde.
 

Le Village

Différents circuits sont à votre disposition afin de découvrir les secrets du village.

Les Croix et les Grangeots

De nombreux chemins en étoile permettent de belles promenades aux alentours du village au milieu des vignes.
On trouve de nombreuses croix de pierre ou de fer forgé sur des socles le long de ces chemins.
Dans les vignes, les mazets, ou grangeots, parfois surmontés d'une croix, permettaient aux viticulteurs de ranger les outils et servaient d'abris.
 


Version Imprimable
 

 


Version Imprimable

L'arboretum et jardin méditerranéen

Le jardin botanique méditerranéen est en cours d'aménagement, non loin de l'arboretum du figuier où plus de 80 espèces de figuiers sont plantées. Rassemblant plus de 150 variétés d'arbres et d'arbustes méditerranéens, ce jardin botanique offrira à tous la possibilité de découvrir la richesse de la flore méridionale sur une superficie de près de 8000 m².

La Maison du Patrimoine et du Tourisme

Exposition saisonnière sur différents thèmes.

La Place de la République

Ornée de la statue de Marianne, ou plus exactement, d'une Diane chasseresse avec bonnet phrygien sur son carquois et dominant la fontaine, la place de la République avec ses bancs et son jardin est le lieu de rencontre des nézignanais.
A son entrée, la maison du Patrimoine accueille les touristes.
C'est sur cette place que s'installent les marchands ambulants.

                                               

 Les Caminières

Le village de Nézignan l'Évêque construit en circulade, avec ses maison blotties les unes contre les autres, entouré de remparts, a toujours eu ses jardins potagers à l'extérieur.
Ces jardins ou "Ferajals" se trouvent en partie sud, où la nappe phréatique peu profonde, a permis la construction de puits et de norias pour l'arrosage.
De 1994 à 1997, les habitants ont dallé le chemin de terre qui dessert les jardins.
Les caminières, puisque c'est ainsi que l'on appelle ce chemin, sont un agréable but de promenade, surtout en été, grâce à l'ombre que procurent les arbres qui les bordent.

La Fontaine vieille

C'est en 1621 que fut aménagée la place de la fontaine vieille.
L'eau de cette fontaine venait de Valros. La conduite se continuait par un souterrain jusqu'à la Place de la République pour alimenter un abreuvoir. Cette place de la Fontaine Vieille était le lieu de rencontre des femmes du village venant y faire leur lessive. Cette fontaine fut transformée au cours des ans et c'est en 1985 que la municipalité la fit refaire selon les plans originaux.
La source continue toujours de couler à l'air libre dans la rue de Nadailhan et est utilisée par les riverains des caminières pour arroser leur jardin. Celle-ci, à l'époque, se trouvait à l'extérieur du village.

              
 



 


 

 

 

 

 

Haut de page